Enivrez-Vous

De Casiopea

Il faut être toujours ivre.
Tout est là:
c'est l'unique question.
Pour ne pas sentir
l'horrible fardeau du Temps
qui brise vos épaules
et vous penche vers la terre,
il faut vous enivrer sans trêve.
Mais de quoi?
De vin, de poésie, ou de vertu, à votre guise.
Mais enivrez-vous.
Et si quelquefois,
sur les marches d'un palais,
sur l'herbe verte d'un fossé,
dans la solitude morne de votre chambre,
vous vous réveillez,
l'ivresse déjà diminuée ou disparue,
demandez au vent,
à la vague,
à l'étoile,
à l'oiseau,
à l'horloge,
à tout ce qui fuit,
à tout ce qui gémit,
à tout ce qui roule,
à tout ce qui chante,
à tout ce qui parle,
demandez quelle heure il est;
et le vent,
la vague,
l'étoile,
l'oiseau,
l'horloge,
vous répondront:
"Il est l'heure de s'enivrer!
Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps,
enivrez-vous;
enivrez-vous sans cesse!
De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise."

Baudelaire, Charles. Petits Poèmes en Prose, XXXII. Œuvres Complètes, Vol 4. Paris, 1869.

Embriagaos

Hay que estar siempre ebrios,
todo está ahí,
es la única cuestión
para no sentir
el horrible fardo del tiempo
que destroza los hombros
e inclina sobre la tierra,
hay que embriagarse sin tregua.
Pero de qué?
de vino, de poesía o de virtud, a vuestro gusto,
pero, embriagaos.
Y si alguna vez
en las escalinatas de un palacio,
sobre la hierba verde de una fosa,
en la soledad abatida de vuestra habitación
os despertáis,
la embriaguez ya disminuyendo o desaparecida,
preguntad al viento,
a la ola,
a la estrella,
al pájaro,
al reloj,
a todo lo que huye,
a todo lo que gime,
a todo lo que rueda,
a todo lo que canta,
a todo lo que habla,
preguntad qué hora es;
y el viento,
la ola,
la estrella,
el pájaro,
el reloj,
te responderán:
Es hora de embriagarse!
Para no ser esclavos martirizados del tiempo,
embriagaos!
Embriagaos sin cesar!
De vino, de poesía o de virtud, a vuestro gusto!