Carta a Godofredo Iommi 3 mar. 65

De Casiopea



TítuloCarta a Godofredo Iommi 3 mar. 65
AutorFrançois Fédier
Páginas1
Imágenes2
Ancho 21,5 cms.
Alto 28 cms.
Fecha1965/03/03
ColecciónCorrespondencia
FondoIommi-Amunátegui
ConjuntoCarpeta Negra
Número de Ingreso004
PDFArchivo:Carta a Godofredo Iommi 3 mar. 65.pdf
Código
IOM-COR-IAM-CNE-CAR-965-004
load PDF


Paris 3 mars

Cher Iommi !

Voir, en tournant la page, pourquoi je t’écris.

C’est ce poème, venu tout seul ce matin de la conjonction du printemps et de ton départ. Je voudrais tant n’avoir pas passé l’année de ta présence à Paris justement hors d’état de te voir suffisamment.

Mais tu as cependant été présent.

Témoin, moi.

Cher Iommi je te salue.

François Fédier

---

Voilà que tu es apparu !

A nouveau l’an
A tourné
Et il a le même bruit de fond
Que pendant le printemps
De la guerre.

Avec le soleil du matin
Qui tirait les ombres dans la lumière orange

Le bruit du grondement, loin, vers Paris,
Et le silence + proche, avec parfois un les oiseaux.

Où suis-je, à la fois renaissant
Et si loi de moi-même
Que je me suis perdu

Je voulais écrire pour l’adieu,
Pour cette année perdue et révolue,
Pour ce printemps où je serais libre,
Mais
Trop tard
Après le
Départ
Du Silène.


---

Fondo Iommi-Amunátegui / Carpeta Negra:

---